Interconnecté, telle est la description du monde informatique actuel. Car si l’ordinateur individuel était au centre de ce monde il y a quelques années, il a fait son temps et n’est plus la star du high-tech. Aujourd’hui, il côtoie les portables, tablettes et Smartphones, qui ont donnés à l’informatique la mobilité et l’inter-connectivité que nous connaissons. Retour en image sur l’histoire du règne du PC dans l’ère de l’informatique individuelle.

L’histoire du PC

1945, P. Eckert et J. Mauchly créent l’ENIAC (Electronic Numerical Integrator and Computer). Ce premier « ordinateur » marque l’ouverture de l’ère informatique. Composé de 19000 tubes, il pèse 30 tonnes, occupe une surface de 72 m² et consomme 140 kilowatts. Son horloge de 100 KHz lui permet d’effectuer environ 330 multiplications par seconde.

1948, IMB termine le SSEC (Selective Sequence Electronic Calculator). La machine est équipée d’un système de stockage des données, 150 mots sur une mémoire à relais et 20000 mots sur 66 boucles de bandes papier. Ainsi, l’appareil d’IBM pouvait lire les instructions qui étaient stockées en elle et de ce fait, il constitue, selon le constructeur, du premier vrai ordinateur.

1950-1970, l’informatique fait des progrès. Alan Turing, mathématicien britannique, travaille sur le concept de programmation et développe la science informatique qui marque le début de l’ère de l’ordinateur individuel (PC, ‘Personal Computer’). Mais les premiers ordinateur sont encombrants, peu puissant et surtout très cher.  Il faut attendre les années 80 pour voir apparaître le PC.

1963, D. Engelbart invente  la souris. Révolutionnaire, elle permet d’interagir avec n’importe quelle partie de l’écran. Très vite devenue indispensable, elle est en passe de disparaître, remplacée par le tactile.

1974, huit ans après le lancement du projet ARPANET aux États-Unis, le système TCP/IP (Transmission Control Protocol et Internet Protocol) est créé pour uniformiser le réseau. Ce système est toujours celui utilisé de nos jours.

1977, S. Jobs et S. Wozniak, co-fondateurs d’Apple, lancent l’Apple II. Il séduit les premiers clients, notamment grâce à ses lignes épurées, mais souffre de son prix de 1300$ et de la concurrence de deux PC lancés la même année : le Commodore PET et le TRS-80.

1981, IBM lance l’IBM Personal Computer, ou IBM modèle 5150, le premier ordinateur personnel produit à plusieurs millions d’exemplaires. Equipé du premier processeur Intel 8088 (4,77 MHz) et de 16 Ko de mémoire vive, il porte en lui toutes les caractéristiques des PC actuels. La même année, c’est la sortie du premier ordinateur « portable », une machine de 10,7 Kg conçue par A. Osborne. Le concept de PC portable ne sera repris que bien plus tard.

1982, Les premiers ordinateurs bon marché séduisent les utilisateurs. Parmi eux, le Commodore 64, l’ordinateur le plus vendu de tous les temps. Après avoir été lancé en 1982, il s’écoulera à plus de 15 millions d’exemplaires jusqu’en 1994 sans que soin architecture ne soit modifiée.

1983, Microsoft publie son premier système d’exploitation : Windows 1.0. Aujourd’hui présent sur plus de 90% des PC, cette première suite logicielle, basée sur le MS-DOS,  a fourni une interface graphique à des applications qui se développaient de plus en plus : traitement d’images, calculs, graphes, gestion de la documentation, etc.

1988, après que 50 000 PC soient connectés à Internet (essentiellement aux États-Unis), la France est raccordée à son tour à cet immense réseau mondial.

Années 90, c’est l’essor d’internet, la naissance du web que nous côtoyons de nos jours. En 1991, T. Berners-Lee lance le World Wide Web. Le premier site web est à l’adresse http://nxoc01.cern.ch/hypertext/WWW/TheProject.html, qui n’existe plus aujourd’hui.

http://nxoc01.cern.ch/hypertext/WWW/TheProject.html

2000, la société, déjà fortement informatisé, subi le « bug de l’an 2000 ». Bug qui en réalité n’en est pas un, mais plutôt un défaut du codage informatique de l’époque. Ainsi, malgré les grandes quantités d’argent dépensées pour prévenir le « bug », de nombreux PC affichaient 01/01/1900 à l’aube du 2ème millénaire

2007, Apple ouvre la porte d’un nouveau domaine informatique, celui du Smartphone avec l’iPhone. Présentés comme des mini-PC de poche, ces appareils vont très vite devenir omniprésents et ultra-connectés.

2009, les ultra-portables envahissent le marché où les PC portable sont déjà bien présents. Léger et suffisamment performant pour le bureautique, ces PC laisse peu à peu la traditionnelle tour de côté. Seuls les joueur est les professionnels trouvent encore un intérêt au ordinateur fixes.

2010, Apple élargie encore le domaine informatique avec la tablette tactiles. A l’image des Smartphone, ces écrans sont en train d’occuper une place de plus importante dans notre quotidien.

2011, Hewlett Packard (HP) quittent la filière de l’ordinateur individuel. Leader du marché des PC, son retrait marque la fin d’une ère, celle de l’informatique individuelle, et le début d’une autre, celle de l’informatique connectée.

La fin d’un règne ?

D’abord réservée aux initiés, l’informatique s’est peu à peu démocratisée avec l’apparition des ordinateurs. Puis peu à peu, la machine de travail personnelle s’est ouverte au monde avec le web. C’est ouverture s’est accompagnée d’un essor de la mobilité avec les ordinateurs portable. Enfin, l’émergence des Smartphones et des tablettes ultra-mobile et connectées a marqué la fin d’un règne, celui des PC. Fin d’autant plus marqué ces dernières semaines avec le retrait de HP, leader du marché des PC.

Nous entrons dans une ère ultra-connecté. Nous allons côtoyer une multitude d’écrans, qui auront tous une fonction différente et qui communiquerons entre eux. Est-ce pour autant la fin des PC ? Certainement pas. Ils offrent encore un confort de travail et des performances que ni les tablettes, ni les Smartphone ne peuvent offrir. Le PC deviendra donc un écran parmi les autres, en complément d’un Smartphone, d’une tablette, d’un portable, etc. …

EDIT - Après plusieurs mois d’incertitude, la nouvelle patronne a finalement tranché : HP conservera bien sa division Personal Systems Group. Aucune allusion n’a pour l’instant été faite quant à un éventuel retour sur le marché des tablettes tactiles, ou à l’avenir de WebOS.